Le CTR peut compter aussi sur son réseau établi dans le but de faciliter et coordonner l’intervention humanitaire entre les différents acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux :

Les acteurs gouvernementaux 

Le CTR a mis en place, à l’échelle centrale, un Comité central de plaidoyer composé de représentant des différents ministère concernés par la fourniture des services aux réfugiés et demandeurs d’asile à l’instar du ministère des affaires sociales, du ministère de la santé, du ministère de l’éducation, du ministère de la femme et de l’enfance et du ministère de la jeunesse et du sport. 

D’autre part, des accords bilatéraux de partenariat ont été établis avec certains de ces ministères. Ces accords vont permettre de facilité l’accès des réfugiés et des demandeurs d’asile aux différents services offerts par chacun de ces départements ministériels. 

A l’échelle régionale, des plateformes régionales, réunissant les autorités régionales, des représentant des départements gouvernementaux régionaux ainsi que les composantes de la société civile dans la région. Ces plateformes représentent un forum de discussion autour des questions relatives à l’asile dans chaque gouvernorat et permettant une meilleure coordination entre les différents acteurs. Ces plateformes ont permis de surmonter certaines difficultés et de trouver des solutions collégiales à des problèmes important, tel que celui de la mendicité auquel s’adonne la communauté des réfugiés à Gabes, par exemple

Les acteurs non gouvernementaux

Conscient du fait que la protection et l’aide humanitaire destinées aux réfugiés ne pourrait acquérir son efficacité qu’à travers l’engagement de tous, le CTR s’est dirigé vers les composantes de la société civile tunisienne afin de les impliquer, chacune dans son domaine de spécialité particulier, dans la fourniture de la protection et de l’assistance aux réfugiés et aux demandeurs d’asile. Ce travail vise entre autre à la création d’une opinion publique amie des réfugiés, chose qui élargira en même temps le champ du plaidoyer en faveur d’une loi nationale sur l’asile en Tunisie